Mon cinéma de quartier
de Naboutawo Bourges (République du Congo)

Mon cinéma de quartier

Total, l’un des plus grands quartiers de la ville de Brazzaville, capitale de la République du Congo. Dans les lieux se trouve un cinéma nommé « Yokessa Ntangou » qui signifie « Perdre son temps ».
Un vrai "perd temps" comme l’affirme son nom. De 7h30 à 23h00, la salle est pleine à craquer. On croise des vieux, des jeunes et des enfants, ensemble dans une mini-pièce de 25 sur 12 mètres. La chaleur et les odeurs corporelles n’empêchent personne de suivre silencieusement 4 à 5 films par jour. Une télévision 21 pouces, un lecteur DVD et quelques bancs suffisent pour oublier l'heure d’aller à l’école, d’exercer son activité, de chercher de quoi se mettre dans l’estomac. Des tôles trouées accrochées sur les fenêtres grillagées, un rideau rouge-bleu couvre la porte d’entrée… La traversée des rayons du soleil est légère dans la salle.
Pour un film d’action, il suffit d’amplifier le volume pour faire du marketing, afin qu’à travers les sons des gyrophares, des cris, des tirs, des explosions des voitures etc., les clients aient cette vive soif de suivre le scenario. Cela suscite l’envie de rester longtemps sur un banc, regards satisfaits orientés vers l’écran.
Interdits au moins de 18 ans, du moins comme c’est écrit sur la boîte du CD, les films pornographiques facilitent quelques fois dans les après-midi au gérant une recette journalière hors limite, soit 20 000 au lieu de 10 000 FCFA, et les mineurs sont alors au rendez-vous. Chose sûre, pour aveugler la vigilance et la sérénité des parents, le tableau du programme reste le même, pas de changement. Films d’actions, comédies, fictions… alors que le contraire dans la salle prend de l'ampleur.
Perdre son temps devient comme une habitude pour les jeunes, les enfants, sans qu’ils s’en rendent compte.
Petit déjeuner, déjeuner, diner, et même dormir c’est dans le ciné que ça se passe !

Bourges Naboutawo

© Afriphoto. Les textes publiés sur le site www.afriphoto.com sont protégés par la législation française du copyright.
Toute publication, même partielle, des textes et des visuels doit être soumise à autorisation ou à négociation de droits d'auteur. Merci de contacter pour cela la rédaction d'Afriphoto.